L’origine du projet et son lancement

ParNdiata Kalonji

L’origine du projet et son lancement

Au départ, ce sont 3 histoires à Abidjan en Côte d’Ivoire, à Brazzaville au Congo et à Lubumbashi au Congo RDC. La première, c’est celle de cette jeune fille qui cherche l’orientation pour des études en marketing digital puisqu’autour d’elle, personne ne peut l’aider. La seconde, c’est ce patron d’un petit atelier de couture en économie informelle qui se retrouve en difficulté puisque amené à remplacer un cousin non salarié par un employé salarié. La dernière, c’est celle d’un responsable d’antenne d’une radio de proximité qui se plaint de la pauvreté des contenus sur son antenne et du manque de moyens pour produire des contenus. « Soit on danse, soit on pleure » me dit-il puisque « c’est soit la musique, c’est soit les annonces des catastrophes par les ONG ! »

Le projet Mezaa est né de toutes ces rencontres et surtout de l’opportunité d’utiliser des innovations liées à l’internet pour accompagner les populations de manière novatrice.

Le projet Mezaa, c’est mettre à disposition des contenus éducationnels gratuits pour l’ensemble des populations sur le continent Africain! C’est donc la production et mise à disposition d’un contenu de compagnonnage pour un impact local.

Mezaa a une double ambition :

  • Etre la banque de contenus de référence à caractère éducationnel pour toute l’Afrique avec des contenus locaux en langues administratives et véhiculaires,
  • Construire de manière novatrice un réseau de diffusion ad hoc avec des médias communautaires partenaires présents en zones urbaines, périurbaines ou rurales.

Sachant que la radio est le média par excellence en Afrique1, ce projet a pour objectif de produire et de diffuser au plus grand nombre des contenus radios à vocation éducative pour contribuer au développement inclusif.

Ces contenus sont disponibles sur le web « online et offline », sur les radios FM partenaires et sur les serveurs téléphoniques vocaux d’opérateurs téléphoniques partenaires. Le but est d’atteindre le plus grand nombre des personnes, en ville comme à la campagne sur de terminaux populaires, aisément accessibles à toutes les catégories des populations.

Ce type de fonctionnement en réseau est appelé « syndication ». C’est cette syndication qui permet à Mezaa d’ambitionner de devenir un réseau de syndication de référence accessibles à toutes les radios et plus particulièrement les radios communautaires et les radios associatives. Les études d’opportunité et de développement d’usages montrent la capacité du modèle à passer l’échelle, à se pérenniser et à s’autonomiser dans le temps. L’équipe Mezaa est disposée à présenter en détails ce modèle aux institutions, entreprises et personnalités qui souhaitent apporter leur soutien.

Le lancement de ce projet est rendu possible grâce au soutien de l’entreprise technologique Saooti www.saooti.com, d’Orange RSE (Responsabilité Sociale d’Entreprise) et de l’encouragement de plusieurs personnalités sur le continent Africain et dans la communauté diasporique.

Ce projet est possible grâce aux innovations technologiques liées à la virtualisation des outils « métiers » de l’audiovisuel. Ceci comprend les outils de conception, de production, d’édition, de distribution et de diffusion des contenus audiovisuels. C’est par exemple le cas de plateforme Wikiradio de notre partenaire Saooti qui constitue une solution technologique unique.

Les zones ou pays pressentis comme têtes de pont sont la Côte d’Ivoire et la République Démocratique du Congo.

Différentes études montrent des besoins forts d’accompagnement partout en Afrique Subsaharienne comme illustrent les 3 graphes suivants :

Un taux d’achèvement scolaire faible : Accompagner les jeunes vers la réussite. En 2012, le taux d’achèvement reste faible. 70% en dernière année de primaire, 40% en dernière année de collège, 20% en dernière année de lycée

Une économie dite « informelle » allant de 25 à 70% du PIB en Afrique subsaharienne: Accompagner l’entrepreneuriat vers une meilleure productivité. Même si c’est une réalité complexe, les entreprises dites « informelles » jouent un rôle central dans la croissance et l’inclusion sociale. Leur productivité doit être améliorée!

Au-delà des besoins d’investissements lourds par les Etats : Accompagner la population pour une meilleure santé. Bien qu’en hausse, les budgets nationaux sont encore faibles et une information de médecine préventive est essentielle !

Dans ce contexte de forts besoins d’éducation et de formation liés aux croissances économique et démographique2, le projet Mezaa s’attaque aux 4 grands problèmes présents partout en Afrique Subsaharienne. Ces problèmes sont résumés comme suit :

  1. Accompagner les jeunes vers la réussite dans un contexte où le taux d’achèvement scolaire reste faible3.
  2. Accompagner l’entrepreneuriat pour augmenter sa productivité dans une réalité complexe de l’économie informelle4.
  3. Alléger le fardeau de la mauvaise santé disproportionné dans un contexte où les budgets nationaux consacrés à la santé restent encore faibles5
  4. Répondre à l’absence d’une véritable plateforme à forte couverture géographique avec des contenus d’accompagnement disponibles au plus grand nombre.

En Afrique, comme dans le reste du monde, l’économie est encastrée dans le social, lui-même déterminé par la culture. Pour être pertinent, Mezaa contextualise les contenus à travers une production locale et en plusieurs langues.

La plateforme Mezaa est accessible de partout. Elle intègre tout l’univers du web mais également et au fur et à mesure de construction des partenariats, plusieurs constellations de radios FM, des serveurs vocaux téléphoniques. Dans le cadre de la syndication, elle apporte une véritable plus-value aux radios de proximité en quête de contenus et de modèles économiques. Elle développe des expertises techniques et éditoriales locales. Elle exploite pleinement la nouvelle donne avec les NTIC et plus particulièrement avec la téléphonie mobile qui ouvre un nouveau champ d’innovations en local ou en relation avec les diasporas.

Toute l’équipe Mezaa est heureuse de voir ce projet se concrétiser et serait fortement intéressée par vos commentaires, réflexions ou soutiens !

  1. Balancing act
  2. Radio and Development in Africa (International Development Research Centre of Canada)
  3. Le numérique au service de l’éducation en Afrique (AFD, AUF, Orange & UNESCO)
  4. L’économie informelle dans les pays en développement (AFD)
  5. Harmonization for Health in Africa

Laisser un commentaire